IMG_0003

Flambart pilote du havre vers 1842 par Morel Fatio

Sans aucun doute le nom flambart est d'origine normande.

Le célèbre dictionnaire Litré de 1877 ne mentionne pas moins de six sens différents pour ce mot:

  • Nom donné par les marins normands au feu Saint-Elme.

  • Petit navire en usage sur la côte de Normandie.

  • Nom qui s'est donné quelquefois aux pirates portant avec eux le fer et la flamme.

  • Charbon à demi consumé qui jette encore de la flamme et de la fumée.

  • Graisse que les charcutiers recueillent à la surface de l'eau dans laquelle ils font cuire les diverses parties du porc.

  • Familièrement. Joyeux compagnon, surtout en parlant des masques en temps de carnaval. 

IMG_0002

Flambart rentrant à Fécamp, vent arrière par mer formée sous misaine vers 1842 par Morel Fatio

Abandonnons, feux de Saint-Elme, graisse de porc et autres tisons à demi consommé pour nous intéresser au bateau désigné sous le nom de flambart

EN 1787 Dans l'encyclopédie méthodique, dans les tomes consacrés à la marine, nous trouvons la définition suivante:

Flambart:

Petite chaloupe du havre, qui n'a que douze ou quinze pieds de long, et qui porte deux mats sans vergue, on s'en sert pour la pêche du libouret et du chalut.  On la démâte pour aller à la rame pour aider les pêcheurs occupés à de grandes pêches.

Commentaire:

La longueur du bateau 12 à 15 pieds, 3,6m à 4,6m.

Le libouret est une ligne à plusieurs hameçons utilisé pour la pêche aux maquereaux.

L'absence de vergue est étrange, on peut s'interroger sur le type de voile utilisée .

IMG_0003_sauvage

Plan de voilure d'une chaloupe gréée en flambart en 1830  par Louis sauvage

.

En 1829 Dans le Répertoire polyglotte de la marine d'O-Hier de Grandpré

Flambart:

Bateau de pêche qui prend son nom de son gréement, il a deux mâts; sa misaine est comme celles des chasse-marées, et sa grand voile comme celles des goélettes sans guis. Tous ces genres de gréement sont de fantaisie et rien ne justifie leur préférence.

Commentaire: la sentence est sévère, et ne prends pas en compte la manœuvrabilité en équipage réduit avec ce type de gréement.

Ce gréement, avec une grand voile goélette à bordure libre est contemporain de celui à taillevent au tiers  avec un gui (ou bôme).  Ces deux types de gréement était il désignés sous le nom de Flambart ?

IMG_0004

Flambart, dictionnaire de marine du Vice-amiral Willaumez 1831

Dans le vocabulaire maritime "moderne", le terme flambart désigne un bateau par son type de gréement, comprenant deux mâts, avec des voiles au tiers: une misaine et un taillevent bômées, un foc sur bout dehors et un hunier au dessus du taillevent peuvent compléter dans certain cas le gréement de base. Ce gréement est assez courant en Normandie.

Copie_de_IMG2_0001_bis

Flambart sablier de la rivière de Lannion en 1884 par A Brun

Les flambarts de Ploumanac'h étaient certainement avant la première guerre mondiale, les plus petits bateaux gréé à deux mats, ils se rapprochent de la définition d'origine du flambart par la taille et l'utilisation à l'aviron mats affalés.

Pierre-Yves

Copie_de_IMG_0001

Jour de régate à Saint-Malo vers 1900, au centre un petit flambart de pêche, le long de la cale, quatre dragous de Saint-Jacut au gréement de flambart complet foc, misaine taillevent et hunier, misaine et taillevent cargués.