Triagoz_plan_1871_haute_r_solution

1871 Façade est du phare à base mer de vive eau

-

Dans le cadre du plan d'éclairage des cotes de France commencé en 1825, un décret de Napoléon III du 12 mai 1860, ordonne la construction d'un certain nombre de phares destinés à sécuriser la navigation en manche. Le phare des triagoz sera le troisième phare des cotes du nord  construit en mer sur un rocher après le phare des héaux de Bréhat et celui  du grand Léjon;

Il sera allumé le 15 novembre 1864.

Voici quelques éléments de l'histoire du phare des Triagoz

Les plans du phare sont dressés par l'ingénieur Dujardin. D'autres phares seront construit dans le même style comme celui du Four dans le Finistère.

Triagoz_plan_1871_

Etabli sur un rocher isolé en mer. Le phare est construit sur une base rocheuse qui s'élève à 8 mètres au-dessus des hautes mers. Tour carrée de 8 mètres de côté extérieur sur 20 mètres de hauteur en moellons avec chaînes et corniches en pierre de taille avec vigoureux bossages rustiques. L'intérieur était constitué d'un vestibule et de trois chambres voûtées avec cheminées dont l'une était réservée à l'ingénieur de passage. La cuisine était située, plus tard, sur le rez-de-chaussée obligeant le gardien à sortir pour y accéder. Le dernier étage servait de magasin pour les lampes et l'huile. Travaux commencés en 1861, sous la direction de l'ingénieur Pelaud., et terminés en 1864. Coût : 252 700F. L'appareil de troisième ordre produit un feu fixe varié de 30 en 30 secondes par des éclats alternativement blancs et rouges. Coût 35 000F. Cloche pour temps de brume. Les travaux sont effectués en régie car les deux soumissions restèrent infructueuses. La roche sera arasée pour y installer une petite cabane avec en son centre un mât vertical permettant le débarquement des matériaux à partir de la crique située au Nord ou sur le rocher. La construction est exécutée en moellons avec chaînes, socles, encadrement et corniches en pierre de taille en granit de Ploumanac'h et de l'Ile Grande. L'atelier de taillage se situait à terre à 21 km du chantier, le transport se faisait par gabare à voile. Phare présenté à l'exposition universelle de 1867.

-

Triagoz_plan_1863_construction_2

1863. Les travaux en sont au troisième étage, les pierres de tailles sont transportées à la voile depuis Ploumanac'h ou l'ile Grande par des gabares d'une quinzaine de mètres gréé en cotre. Les deux gabares sont solidement amarrées par quatre aussières frappées sur des organeaux scellés dans la roche, l'une au sud de la roche l'autre au nord. Les  matériaux sont hissés grâce à trois  mats de charge, l'un pour le mouillage sud, l'autre pour celui du nord et le dernier au sommet de la tour  Chaque mat de charge est équipé de palan et d'un treuil à manivelle à axe horizontal

-

Triagoz_plan_1863_construction

1864, les travaux en sont à la corniche, le vapeur des ponts et chaussée est au mouillage, au sud de la roche, sur un corps mort, la manœuvre d'approche des gabares n'était certainement pas facile lorsque la mer était formée.

-

IVR53_062204049NUD_P

Le vapeur "la confiance", des ponts et chaussées en visite au Phare, les débarquements en canot ne sont pas aisés.

Description architecturale :
Hauteur au dessus de la mer : 15 m.
Taille générale : 29 m.
Hauteur de la focale : 26,50 m.
Description : Tour carrée en maçonnerie de granit rose de Ploumanac'h' h apparent avec encorbellement et chaînes d' angle. Demi-tourelle en saillie accolée à la façade et échauguette. Trois chambres voûtées.

Description technique :
1ère optique : 15 novembre 1864 : feu blanc varié par des éclats alternativement blancs et rouges toutes les 30 secondes de focale 0,50 m.de 3ème ordre.
Cloche de brume.
Autres optiques : 01 janvier 1885 : modification du feu, secteur rouge. 18 octobre 1904 : renforcement du feu, incandescence par le pétrole, focale 0,50 m. 01 octobre 1924 : nouvel appareil plus puissant, feu blanc à 2 occultations 8 secondes focale 0,92 m à 1 secteur rouge. 1948 : feu à 2 occultations toutes les 6 secondes, secteurs blanc et rouge, focale 0,70 m
- Juillet 1981 : fanal à entretien extérieur de 0,25 m de focale.
Cuve à mercure : 1904.
Combustibles :
Huile végétale : 1864.
Huile minérale : vers 1875.
Vapeur pétrole : 1904.
Electrification : 1981.
Automatisation : 1985.
- Etat actuel : Fanal entretien extérieur. Optique de focale 0,25 m en verre taillé. Feu d'horizon 360°. Feu à 2 occultations groupées 6 secondes. Lampe halo 180w. 1 aérogénérateur.
Le phare a perdu sa lanterne lors de l'installation de l'aérogénérateur. Cette lanterne est exposée à la subdivision de Lézardrieux.

-

IVR53_062204087NUCB_P

Vers 1900, à base mer, le mat de charge au sud est encore en activité, il sera remplacé par un mat de charge au nord au dessus de la cale d'accès, ce mat de charge sera utilisé au moins jusqu'à l'automatisation en 1985.

A bientot avec le recit de la dernière sortie d'Ar Jentilez au phare des Triagoz, par Rozenn

Pierre-Yves

Sources:

Inventaire du patrimoine de Bretagne, commune de Pleumeur Bodou:

http://archives.cotesdarmor.fr/asp/inventaire/pleumeur/Geoviewer/Data/html/IA22006098.html

Ministère de la culture base mérimée:

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr

FICHOU, Jean-Christophe, LE HENAFF, Noël, MEVEL, Xavier. Phares, histoire du balisage et de l´éclairage des côtes de France. Douarnenez : Editions Le Chasse-Marée/Armen, 1999 .

-